Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Défendre l'environnement

Collectifs anti pétrole et gaz de schiste

15 Octobre 2014 , Rédigé par ADENY Publié dans #gaz de schiste

Collectifs anti pétrole et gaz de schiste

Collectifs non aux pétrole et gaz de schiste et de houille :

Ni ici, ni ailleurs : ni dans le parc du Luberon, ni ailleurs !

 

Les collectifs prennent note du courrier de Madame la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, annonçant qu’elle ne signerait pas l’attribution du permis de Calavon, couvrant le parc naturel régional du Luberon.

Toutefois, les collectifs contre les pétrole et gaz de schiste et de houille s’étonnent qu’elle n’ait pas annoncé de semblables dispositions pour les douze autres demandes de permis soumises à consultation publique depuis le 1er septembre dernier.

Les raisons pour lesquelles elle pourrait ne pas signer, ne manquent pourtant pas !

.../...

 Pourquoi n’a-t-elle pas annoncé qu’elle refuse de signer le permis de Dicy, alors qu’on peut lire dans la notice d’impact de l’entreprise Realm  : “un soin particulier sera apporté au traitement des eaux utilisées pour la fracturation des schistes à gaz afin d’éviter toute pollution des nappes phréatiques. La production de gaz de schiste nécessite de briser les argiles indurées qui le contiennent à l’aide d’eau sous pression et, lorsque cette eau remonte à la surface, il faut alors la débarrasser des ions pollués qu’elle renferme.” ?

BlueBach, postulant pour les permis de Hebsheim, Cezy    Saint-Martin d’Abloy, a été racheté en 2010 par la société norvégienne Moore. Celle-ci explique sur son site internet que:  le Bassin Parisien et l’Alsace regorgent de pétrole de schiste mais que pour l’instant la fracturation hydraulique y est interdite.

SanLeon (qui a racheté Realm) risque de se voir attribuer les permis de Dicy, Rouffy et Montmort. Elle est la première entreprise à exploiter l’huile de schiste au Maroc. Sur son site internet, elle cite le Bassin Parisien comme une ressource importante d’hydrocarbures non conventionnels.

.../...

Tous les dossiers mis en consultation publique, depuis le 1er septembre 2014, ont été déposés auprès des services de l’Etat bien avant le vote de la loi Jacob. Ils faisaient tous référence aux hydrocarbures non conventionnels. Tous les postulants à ces permis ont signé un document par lequel ils s’engagent à ne pas effectuer de fracturation hydraulique … Sachant que les permis sont attribués pour 15 ans (5 ans renouvelables deux fois) qu’adviendra-t-il de ces engagements dans quelques années ?

 

La seule manière d'être en cohérence avec les objectifs de la transition énergétique et de préserver les territoires de ces projets destructeurs c'est de refuser de signer toutes les demandes de permis à venir, 
refuser de prolonger les permis actuels, refuser de signer les mutations !

Madame ROYAL, ne signez rien !

Signataires: 44 collectifs régionaux 

 

 

Lire la suite

(1) Relations plantes insectes

7 Octobre 2014 , Rédigé par ADENY Publié dans #plante-environnement

Les insectes interagissent avec les plantes:

Insectes nuisibles aux plantes: On peut ranger dans cette catégorie : Altise, balanin,

bruche, charançon, doryphore, chrysomèle, criocère, meligète...

Auxiliaires prédateurs : Le carabe détruit les balanins de la noisette

Coccinelles, perce-oreille (forficule),  chrysope, mangent les pucerons....

Auxiliaires polinisateurs : abeilles, osmies, bourdons, papillons...

Les recycleurs transforment la matière organique : Bousiers, longicornes, collemboles...

Les parasitoïdes pondent leurs œufs dans les larves des parasites :

Aphelinus et Aphidius (micro guêpes) pondent leurs œufs dans les pucerons.

Encarsia pond ses œufs dans les nymphes de la mouche blanche (aleurode)

Les trichogrammes (micro guêpes) parasitent pyrale du maïs, piéride du chou...

Osmie --->  Perce-oreille  ---> trichogramme ( taille 1mm)Osmie --->  Perce-oreille  ---> trichogramme ( taille 1mm)Osmie --->  Perce-oreille  ---> trichogramme ( taille 1mm)

Osmie ---> Perce-oreille ---> trichogramme ( taille 1mm)

 Les plantes attaquées par des prédateurs se défendent:

En fabricant des composés toxiques ou des odeurs répulsives

En émettant des molécules aromatiques qui attirent les auxiliaires (signaux SOS)

 

 Les variétés "modernes" ont été sélectionnées pour leur productivité.

 Les capacités d’autodéfense ont été négligées par les sélectionneurs...

 

Hôtels à insectes et plantes hôtes: 

 

On peut favoriser la présence des insectes protecteurs, butineurs et parasitoïdes en

installant un hôtel à insectes et les plantes qui facilitent leur développement.

Orties pour coccinelles, syrphes, perce-oreille et certains papillons 

Carottes, fenouil, aneth pour les  micro guêpes ...

Hôtel à insectes  ---> Coccinelle --->  Buddleia (arbre à papillons)Hôtel à insectes  ---> Coccinelle --->  Buddleia (arbre à papillons)Hôtel à insectes  ---> Coccinelle --->  Buddleia (arbre à papillons)

Hôtel à insectes ---> Coccinelle ---> Buddleia (arbre à papillons)

On peut aussi aménager des lieux d’accueil pour hérissons, chauve-souris, oiseaux insectivores, lézards... et une mare pour les amphibiens.

Stratégies  contre les ravageurs:

--> Eviter de cultiver de grandes surfaces de la même espèce qui attirent des prédateurs spécifiques. Pour dérouter les prédateurs, on peut :  Fractionner en plusieurs planches, intercaler d’autres cultures, cultiver plusieurs espèces en mélange...

-->  Pratiquer la rotation des cultures pour éviter que les larves de l’année précédente ne retrouvent leur  plante préférée à la même place.

--> Utiliser les propriétés des plantes pour :

Attirer les papillons : buddleia

Piéger les pucerons : grande capucine

Repousser les altises : thym, sauge, sarriette...

Dérouter les noctuelles (vers gris) : souci 

Attirer les butineurs : Plantes mellifères : fenouil, lavande, origan, thym, bourrache...

Les insecticides détruisent les ravageurs mais aussi les butineurs, les auxiliaires, les parasitoïdes et tous les autres insectes. 

Il faut plusieurs années pour retrouver ensuite un équilibre
naturel satisfaisant.

 

Lire la suite

(2) Relations plantes sol

7 Octobre 2014 , Rédigé par ADENY Publié dans #plante-environnement

La vie du sol  se concentre dans les premiers centimètres superficiels. C’est dans cet espace que vivent bactéries, microorganismes, champignons microscopiques qui assurent la transformation de la matière organique, la fixation d’azote atmosphérique et d’eau.

La rhizosphère, espace de sol proche des racines, est particulièrement riche en microorganismes, vivants en interaction avec la plante. Les bactéries bénéficient des acides organiques et des sucres fournis par la plante. Elles décomposent la matière organique et fournissent à la plante de nombreux nutriments.

La mycorhization  est l’association entre racines de la  plante et  mycélium des champignons. Les filaments microscopiques du champignon pénètrent dans les racines et échangent des nutriments avec la plante : phosphore, eau, oligoéléments... Les mycorhizes renforcent ainsi la vitalité des végétaux.

Les légumineuses, (fabacées, papilionacées) présentent la particularité d’héberger dans leurs racines des bactéries fixatrices d’azote, les ribosomes. Les bactéries forment des petites nodosités racinaires caractéristiques. Dans cette famille on trouve : haricots, pois, lentilles, luzerne, trèfle, lupin...

Les vers de terre sont des  acteurs indispensables de la fertilité du sol. Ils digèrent la matière organique qu’ils restituent sous forme de "tortillons". Ils aèrent le sol, améliorant ainsi la pénétration des racines et la circulation de l’eau et ramènent en surface des éléments minéraux puisés en profondeur...

Système racinaire --> Ver de terreSystème racinaire --> Ver de terre

Système racinaire --> Ver de terre

En agriculture intensive le sol est exploité comme un support de culture

-->  Les engins agricoles lourds tassent le sol et détruisent les vers de terre

--> Les labours profonds ensevelissent la couche vivante du sol

-->  Les fongicides détruisent les champignons microscopiques  du sol

--> L’apport de matière organique est insuffisant pour conserver l’humus  Les variétés végétales utilisées, adaptées aux engrais concentrés, ont un système racinaire peu développé et superficiel, contrairement aux variétés anciennes

 

L’agriculture de conservation  respecte la vie du sol par :

 La réduction du travail du sol qui laisse travailler les vers de terre

-->  Les semis sont effectués sans retournement préalable du sol directement sous couvert végétal avec des matériels adaptés

 La couverture végétale permanente qui :

-->  Structure le sol grâce à ses racines, limite l’érosion pluviale et éolienne

-->  Régule les mauvaises herbes

--> Produit de la matière organique source d’humus, retient l’eau,  fixe le carbone

-->  Limite le besoin d’engrais et de produits chimiques

 La rotation des cultures intégrant des légumineuses fixatrices d’azote

Culture en bandes ---> agroforesterie ---> vigne enherbéeCulture en bandes ---> agroforesterie ---> vigne enherbéeCulture en bandes ---> agroforesterie ---> vigne enherbée

Culture en bandes ---> agroforesterie ---> vigne enherbée

L’agriculture biologique n’utilise aucun produit chimique toxique pour la vie du sol.

L’agroécologie désigne un système de production agricole qui prend en compte l’ensemble des interactions plantes sol insectes oiseaux animaux.

L’agroforesterie est un mode d’exploitation agricole associant des arbres avec cultures ou pâturages.

 

NB: selon les résultats d'une étude récente menée par Christian VELOT , le glyphosate détruit les champignons du sol, qui assurent une bonne partie de la fertilité. Contrairement à la publicité qui disait: le glyphosate laisse le sol propre, il faudrait plutôt dire: le glyphosate laisse un sol mort.

Lire la suite

(3) Relations entre plantes

7 Octobre 2014 , Rédigé par ADENY Publié dans #plante-environnement

Les plantes poussant ensemble se partagent l’énergie solaire, les nutriments du sol et se procurent des services mutuels

Culture de même espèce, variétés mélangées 

Blés ou maïs en mélange 

Réduction de la sévérité des maladies

Rendements identiques aux variétés pures

Meilleure résistance à la verse

Cultures d’espèces différentes 

Céréale, légumineuse

Le trio triticale, avoine,  pois, remplace le maïs ensilage. Les pois apportent de l’azote et grimpent sur les tiges des graminées

Forte production de matière sèche

Culture facile sans irrigation et avec peu d’intrants

Colza, légumineuse

On utilise de préférence une légumineuse gélive qui s’élimine spontanément pendant l’hiver (gesse, fenugrec, féverole, lentille, vesce pourpre, trèfle d’Alexandrie).

Les  légumineuses apportent de l’azote aux cultures.

Haricot tarbais, maïs

Culture traditionnelle du sud-ouest

Le maïs sert de tuteur au haricot

Le maïs bénéficie de l’azote apporté par les haricots

Le haricot tarbais bénéficie d’une IGP depuis 2000

blé et trèfle --> colza et trèfle --> haricots tarbais et maïsblé et trèfle --> colza et trèfle --> haricots tarbais et maïsblé et trèfle --> colza et trèfle --> haricots tarbais et maïs

blé et trèfle --> colza et trèfle --> haricots tarbais et maïs

Milpa, les trois sœurs

--> Culture traditionnelle des indiens d’Amérique centrale, elle associe maïs, haricot et courges.

--> Le maïs sert de tuteur au haricot qui apporte de l’azote au maïs. Les courges couvrent le sol, conservent  l’humidité, et étouffent les mauvaises herbes.

Push-pull, la stratégie

--> Inventé par Thomas Risley Odhiambo (Kenya), ce système est efficace contre les « perce-tige » du maïs ou du sorgho et les mauvaises herbes.

-->  Semé dans la parcelle avec le maïs, le desmodium couvre le sol, limite les mauvaises herbes et repousse les ravageurs. En périphérie de la parcelle, l’herbe à éléphants produit un liquide collant qui piège les larves des perce-tige. De surcroit, elle sert de fourrage au bétail

Permaculture, la robustesse

--> Concept popularisé par Bill Mollison et David Holmgren, la permaculture est l’art de cultiver la terre durablement dans le respect des milieux naturels et des générations futures.

-->  En stimulant la fertilité du sol, par le choix des  plantes associées, la permaculture vise une bonne  productivité alimentaire avec un minimum d’intervention humaine.

--> La forêt comestible, ou jardin forêt, associe arbres fruitiers, cultures vivrières, plantes aromatiques, fleurs. Elle se développe et fonctionne de manière quasiment autonome. 

 

 

Milpa --> Push-pull --> PermacultureMilpa --> Push-pull --> PermacultureMilpa --> Push-pull --> Permaculture

Milpa --> Push-pull --> Permaculture

Lire la suite

(4) Transition agricole

1 Octobre 2014 , Rédigé par ADENY Publié dans #plante-environnement

L’agriculture productiviste mène à une impasse

--> Consommation excessive d’énergie (Fuel, engrais, 1kg d’azote = 3 litres de pétrole...)

--> Diminution de fertilité des sols (Altération de la vie du sol, perte d’humus...)

--> Pollutions des eaux par les nitrates et produits de traitement...

--> Vulnérabilité au changement climatique... 

Aujourd’hui, l’utopie a changé de camp. Etre utopiste consiste désormais à croire que tout peut continuer tel quel. Car nous avons la certitude qu’une politique de statu quo mène à une impasse et à des bouleversements qui dépassent l’entendement.   Pablo Servigne

Les bases de l’agriculture de demain : 

Restauration de la vie des sols  par des méthodes agronomiques adaptées, non agressives pour les champignons, bactéries, acariens et insectes qui entretiennent la fertilité naturelle.

Diffusion des méthodes de culture économes en traitements chimiques, en carburant, respectueuses de l’eau et de la santé.

 Légalisation des préparations naturelles  purins, décoctions de plantes et autres produits peu agressifs pour l’environnement et les insectes auxiliaires.

 Retour aux semences paysannes  adaptées aux sols naturels, exemptes de bricolage génétique et non soumises à des brevets. Les semences paysannes  devraient devenir le point de départ des variétés du futur

Recherches sur  les champignons et bactéries du sol :

Ces éléments encore mal connus peuvent produire :

--> Des plastiques biodégradables

--> Des moyens de décontamination des sols (dioxines, métaux lourds, radioactivité...)

--> Des enzymes utilisables pour la chimie verte

--> Des médicaments contre le cancer

--> Des substituts aux antibiotiques (bactériophages)... 

Reconquête des sols stériles par la permaculture : Implantation de plantes pionnières, reconstitution d’une couche fertile, optimisation de l’utilisation de l’eau. Les travaux des pionniers et chercheurs méritent d’être divulgués largement.

Les raisons d'espérer:

 

Geoff Lawton -->Pablo servigne --> Segenet KelemuGeoff Lawton -->Pablo servigne --> Segenet KelemuGeoff Lawton -->Pablo servigne --> Segenet Kelemu

Geoff Lawton -->Pablo servigne --> Segenet Kelemu

Geoff Lawton: Spécialiste de permaculture tropicale a réussi a crééer une oasis perenne en Jordanie sur un terrain proche de la Mer morte.

Pablo Servigne: Auteur du rapport "Nourrir l'Europe en temps de crise" remarquable étude qui explique comment crééer une agriculture soutenable et résiliente à partir d'exemples de terrain. Rapport disponible sous le lien suivant:

http://www.etopia.be/IMG/pdf/PE-Nourrir_A4_web_22112013.pdf

Segenet Kelemu: Chercheuse éthiopienne, sélectionne des plantes de la famille des Brachiaria,  résistantes et productives, pour augmenter la production de fourrage  sous les climats tropicaux.

Jacques Caplat: Agronome auteur de plusieurs ouvrages sur les possibilités réelles  de l'agriculture biologique:

L'agriculture biologique pour nourrir l'humanité (Actes Sud  2012)

Changeons d'agriculture, réussir la transition. (Actes Sud  2014)

Peter Ash: Formateur en permaculture tropicale qui est intervenu Au Paradis Bleu à Befotaka (Madagascar) à la demande de l'association Echange Non Marchand (ENM)

http://www.echangenonmarchand.org/

Lire la suite